Marie-Rose FOUQUE


Elle naît à Paris en 1907. Ses parents qui tiennent un commerce de fruits et volailles la confient aussitôt à ses tantes auprès desquelles elle passe ses sept premières années à Andrésy, dans une maison située au bord de la Seine. La déclaration de guerre la ramène à Paris où elle fait ses études. L'Institution de la Providence l'accueille jusqu'en 1924, année où lui est délivré le diplôme de bachelière de l'Enseignement Secondaire latin, langues vivantes, philosophie. De peinture, il n'est pas encore question, mais le solfège, le piano et le dessin occupent ses loisirs, tant à Paris qu'à Andrésy où elle retourne pour les grandes vacances. Sa mère, souffrante, ne pouvant plus seconder son mari au magasin, Marie-Rose doit partager tout son temps entre le "fruitier" et le chevet de la malade.

C'est en 1927 que notre amie décide de se consacrer à la peinture. Elle suit assidûment pendant deux années les cours de Madame BURIAT, préparatoires à l'entrée à l'Atelier d'Art Sacré de la place Furstemberg où elle est admise en 1929. Elle le fréquente jusqu'en 1937 : natures mortes et modèles vivants d'abord, compositions religieuses ensuite, avec la correction hebdomadaire de Georges DESVALLIERE le vendredi et Maurice DENIS le samedi. " C'était extraordinaire, se souvient-elle, la venue de ces deux maîtres, car ils étaient complémentaires : DESVALLIERE considérait surtout la signification de la peinture tandis que Maurice DENIS s'attachait davantage à la technique. Il eut un jour un mot magnifique à propos d'un nu que j'étais en train de peindre "Ah ! vous au moins, vous faites le lit à la couleur".

Tous les paysages à l'huile que Marie-Rose FOUQUE a peint au cours de séjours en Bretagne (Saint-Anne-d'Auray, Loctudy, Le Pouldu), dans le Midi au Pradet ou dans son cher Andrésy ont ainsi été faits en atelier d'après des croquis annotés. Ci-dessus : Automne à Andrésy (1937) : huile sur toile 54 x 73 cm.
Au contact de Maurice DENIS, Marie-Rose s'aperçoit de son peu de culture en matière d'art. Parallèlement à la fréquentation de l'Atelier d'Art Sacré, elle prépare de 1930 à 1932 les certificats d'histoire de l'Art du Moyen-Age, d'archéologie antique et d'histoire moderne et contemporaine de l'Art.
Ses peintures se regroupent autour de six thèmes : scènes d'atelier, nus, natures mortes, bouquets de fleurs, paysages de Bretagne et de Côte-d'Azur et compositions religieuses : vie de Jésus, vies des Saints, messes, pardons, apparitions de la Vierge.
Elle expose pour la première fois au Salon d'Automne en 1934 "Jésus Lumière du Monde", puis régulièrement jusqu'en 1938. En 1935, elle est présente aux Journées d'Art Chrétien chez les Ingénieurs Catholiques, rue de Varenne. En 1937, elle est exposante de la classe 27 à l'Exposition Internationale de Paris au Grand Palais et à l'Exposition d'Art Sacré en l'église Sainte-Odile : "La Tempête Apaisée" 1935 et "La Fête Dieu".

Marie-Rose FOUQUE illustre en outre des livres: "Le Choix des Élus" de GIRAUDOUX, 'Le Chemin de Croix" de CLAUDEL, "Histoire des Légendes Allemandes", 'Les Mystères du Rosaire", "La Liturgie de la Messe".

En 1938, frappée par la tuberculose, Marie-Rose FOUQUE part pour les Alpes puis les Pyrénées d'où elle rapportera des gouaches, technique, qu'elle continua d'utiliser jusqu'à ce que, atteinte de cécité, elle dut définitivement abandonner ses pinceaux. Elle est décédée en 1993 et repose dans le vieux cimetière d'Andrésy, près de l'entrée.

D'après Rémi GAULTIER



retour