Le tacot Pontoise-Poissy

C’est en 1912 que fut construite la ligne de chemin de fer reliant Pontoise à Poissy en longeant l’Oise et la Seine.
La photo ci-dessous nous montre le train sur la berge, au niveau de la promenade des Tilleuls, emplacement du marché couvert d'Andrésy aujourd'hui.
On aperçoit à gauche le bateau lavoir.


La ligne a été voulue par le Département de la Seine-et-Oise qui souhaitait compléter la desserte de la couronne parisienne.
Au XIXème siècle, l’Etat avait fait réaliser des lignes de chemin de fer formant une étoile centrée sur la capitale. Ces lignes desservaient au passage des villes de Seine-et-Oise. Mais il n’existait pratiquement pas de liaison entre les branches de l’étoile : Pontoise était sur une ligne, Poissy sur une autre, Andrésy sur une troisième. Les chemins de fer du Département de Seine-et-Oise devaient transformer l’étoile en toile d’araignée. En particulier, une ligne partant de Pontoise allait rejoindre Poissy en passant par Andrésy.
Pour des raisons techniques (éviter les fortes pentes), économiques (éviter les grands ouvrages d’art), mais aussi à cause de la situation des villages à desservir, le tracé suivait la vallée de l’Oise puis celle de la Seine. Parfois les rails étaient posés directement sur la route. A Poissy, pour arriver en ville, la ligne empruntait un pont déjà construit.


Même vue que la précédente mais dans l'autre sens. CPA Collection Ph. Honoré

La ligne comportait de simples points d’arrêts mais aussi de vraies gares avec des bâtiments en pierre de pays (meulière). Celle d’Andrésy a été conservée et sert aujourd’hui de Maison des Associations.

Le tacot (c’était le surnom familier que lui avaient donné les Andrésiens) comportait généralement une locomotive à vapeur, un wagon de marchandises et deux ou trois voitures pour les voyageurs. On imagine que le confort était tout relatif. La vitesse variait entre 10 et 30 km/h selon les zones traversées. La distance Pontoise -Poissy était parcourue en 1h 20. On comptait deux ou trois trains par jour dans chaque sens.

Le trafic de voyageurs ne dépassait guère 50 000 voyageurs par an, ce qui était nettement insuffisant pour assurer la rentabilité de l’exploitation. C’est pourquoi le concessionnaire, la Compagnie des Chemins de Fer de Grande Banlieue, s’efforçait de transporter des marchandises. La région étant alors essentiellement rurale, le trafic était surtout agricole : des engrais et des gadoues destinés à l’amendement des champs, des légumes destinés au marché parisien. Ce dernier trafic fit beaucoup pour la renommée du tacot qui, toutes les nuits se transformait en "train des Halles".

Le principe était le suivant. Les maraîchers de la région de Cergy et d’Andrésy chargeaient le soir des trains entiers de fruits et de légumes. Les trains partaient vers Poissy où un embranchement leur permettait de rejoindre la ligne de tramway Poissy-Saint-Germain-en Laye, puis, de là, une autre ligne de tramway qui gagnait le centre de Paris en passant par l’Etoile. Ils parvenaient ainsi aux Halles où les "Forts" déchargeaient la cargaison qui était vendue dans la matinée. Le trajet ne durait guère plus de 4 heures, ce qui garantissait aux acheteurs des produits frais. Au cours de l’année 1931, ce trafic atteignit 3 400 tonnes.

Malgré les efforts de la Compagnie, la ligne ne parvint jamais à l’équilibre financier. Mais c’est le développement de l’automobile qui signa l’ arrêt de mort du tacot. Pour les voyageurs, des autobus remplacent le train à partir de 1929. La vitesse et le confort sont meilleurs ; le déficit est moindre pour l’exploitant. Quant aux marchandises, le train des Halles fut victime de la suppression des tramways dans Paris. Le mouvement des voitures entrait en conflit avec les véhicules sur rail circulant sur la chaussée. Après la disparition des tramways parisiens, les rails restèrent encore en place. Le tacot aurai donc pu continuer à rouler nuitamment dans les rues de Paris pour gagner les Halles. Mais les riverains proches de l’Etoile en décidèrent autrement. Ils portèrent plainte contre cette circulation nocturne et bruyante. En 1933, le train des Halles disparaissait laissant place aux camions. Le tacot entrait dans l’histoire.

Gabriel Dupuy

 


Suivons maintenant le tacot dans Andrésy...


Entrée par le viaduc de Maurecourt

Passage avant la mairie actuelle

devant le marché

Sur la berge à Denouval

...la suite à Carrières sous Poissy

Retour